La Maison Saint-Jean-Baptiste

Silence et Intériorité

Les garçons généreux qui se présentent pour le sacerdoce viennent d’un monde où le recueillement intérieur est rendu presque impossible par une surexcitation permanente de la sensibilité et une surcharge de la pensée. [Nous devons] leur offrir le loisir et la liberté d’esprit nécessaires pour une vraie initiation spirituelle.”

Circulaire de la Congrégation pour l’Education Catholique sur la préparation spirituelle dans les Séminaires.

Le Christ de la Pieta, dans le cloître

C’est sur ce simple constat que les candidats au sacerdoce issus du diocèse de Versailles se voient offrir par leur évêque l’opportunité de consacrer une année de leur vie à la seule recherche de Dieu et de sa volonté, sans autre devoir d’état.

Qui peut ainsi s’offrir une année purement gratuite, au sein d’une famille de frères motivés et libérés de toute autre préoccupation que le Christ et sa volonté ?

Sans que les postulants soient coupés de leur famille et de leurs amis, ils trouvent dans la clôture de la Maison Saint-Jean-Baptiste un espace de liberté et de paix aujourd’hui indispensable à l’émergence d’une réponse toute personnelle à l’amour particulier que le Christ leur prodigue.
32x32

fetedieu

Les postulants en procession de la Fête-Dieu

A la Maison Saint-Jean-Baptiste, on apprend la valeur religieuse du silence. On apprend à n’être jamais seul, porté par l’amour du Christ et de ses frères. On descend en intériorité jusqu’à y découvrir la joie profonde du disciple dont l’âme demeure solidement établie en Dieu, confortée dans le désir de l’offrande de soi au Christ et à son peuple.

« La voix de Dieu est une musique silencieuse qui jaillit toujours nouvelle au fond de notre ciel intérieur. Cette année à Saint-Jean-Baptiste c’est avant tout apprendre à écouter cette symphonie muette. S’éloigner du bruit du monde, étouffer le vacarme de notre biologie et prêter une oreille attentive et émerveillée au concerto divin. Seconde après seconde, note après note, nous essayons de vivre au rythme du Christ, de faire raisonner ses harmoniques jusqu’au plus concret de nos journées. Chacun à cette école se laisse paisiblement porter là où le Seigneur l’attend pour son service… »

Martin
Promo 2011