La Maison Saint-Jean-Baptiste

Une année de fondation spirituelle

Pour fonder de manière plus solide la formation spirituelle, et pour que les séminaristes puissent ratifier leur vocation par une option mûrement délibérée, il appartient aux évêques d’instituer, pour une durée convenable, un entraînement spirituel plus poussé.”

Concile Vatican II, Optatam Totius §12.

Eucharistie sur le chemin de Saint-Jacques

En réponse à cet appel du Magistère, notre évêque Monseigneur Eric Aumonier appelle tous les candidats au sacerdoce des Yvelines à commencer leur parcours de discernement et de formation par une année exclusivement consacrée à l’enracinement de leur vie en Jésus-Christ. En septembre 2002, après avoir lui-même fondé et servi six années la Maison de fondation spirituelle du diocèse de Paris, il refonde dans cet esprit la Maison Saint-Jean-Baptiste. Publiée en décembre 2016, la nouvelle ratio romaine rend systématique cette année dans tout parcours de discernement et de formation en vue du sacerdoce. 

 

Pèlerinage de rentrée dans le désert de l’Aubrac

 

Nos dix axes de formation et d’accompagnement sont clairs :

  • offrir neuf mois de retrait par rapport au monde pour entrer en silence et en intériorité,
  • former à l’oraison personnelle selon la grande tradition de la Lectio Divina,
  • accompagner par des enseignements la méditation de l’intégralité de l’Ecriture Sainte,
  • déployer la liturgie de l’Eucharistie et des Offices quotidiens comme ars vivendi,
  • offrir à chaque postulant une direction spirituelle hebdomadaire et former au discernement des motions de l’Esprit Saint,
  • donner les acquis catéchétiques nécessaires à la vie chrétienne en théologie, liturgie, spiritualité, morale et sacramentaire,
  • offrir une communauté de vie familiale comme lieu de sanctification efficace,
  • servir et vivre chaque semaine avec les plus démunis (personnes accidentées, handicapées, en soins palliatifs) en réponse à l’Evangile du Christ,
  • vivre au plus proche de l’évêque, de ses prêtres et de ses séminaristes,  
  • discerner l’appel de Dieu et être en mesure de lui donner une réponse personnelle, dans le respect sacré de la liberté de chacun.

« Ces neuf mois furent pour moi une formation spirituelle et humaine exceptionnelle. Loin d’être superflu, ce temps de fondation avant les études ecclésiastiques me semble essentiel, d’une fécondité inouïe. Que notre discernement vocationnel soit déjà mûri ou encore hésitant, cette année offre tous les moyens d’ajuster notre volonté à celle de Dieu. »

Grégoire
Promo 2014